Triem Tay (Vietnam) – Du terrain érosif au site écotouristique

Triem Tay (Vietnam) – Du terrain érosif au site écotouristique

Selon Nguyen Hien, directeur du Coopérative du tourisme écologique de Triem Tay, Triem Tay (Vietnam) a été autrefois un terrain souffrant de l’érosion pendant les saisons humides, ce qui conduit à l’émigration temporaire des habitants. “Avant, les habitants sont quittés leur pays natal à cause de la peur du glissement du terrain. De plus, ce terrain qui était si pauvre et si petit n’assurait pas la vie des habitants. Aucun habitant pensait de son développement un jour” – M. Hien a dit.

Site écotouristique rustique

Depuis quelques mois d’accomplissement de la construction du pont de Cam Kim, le village de Triem Tay connaît une belle révolution.. Plus de gens rendent visite dans le village. Les activités à bord deviennent plus animées. L’arrivée à l’entrée du hameau, c’est l’arrivée à un site écotouristique, considéré comme un endroit le plus important du village écotouristique de Triem Tay.
La première impression reside dans les chemins “verts” avec les aréquiers et les barrières bien taillés le long du chemin,peut-être c’est un seul village òu même les petits chemins sont offrerts d’un nom.

Outre un ambiance agréable, les visiteurs peuvent découvrir le village de nattes “chieu coi”, le soupe de Quang (mi Quang), le soin des arbres, des légumes oraniques ou deux anciennes maisons de la famille Vo Thi et Vo Dai ( près de 300 ans). En 2014, l’UNESCO, l’Organisation internationale du travail (OIT) et le district de Dien Ban ont organisé des classes en anglais pour les habitants. De plus, ils fournissent des connaissances essentiels pour le développement écotouristique avec des méthodes du traitement des déchets et des eaux usées depuis 2 ans.

D’après Pham Thi Khanh, fabricant des nattes“chieu coi” (58 ans), les habitants comme elle ont bien acquis l’anglais après ces formations. Mme Khanh a tréssé des nattes “chieu coi”. Son mari les a vendu sur un bateau en dirigeant vers Hoi An. Et puis, il est allé à Duy Vinh (Duy Xuyen, Vietnam) pour les matériels. La vie n’est pas stable.

“Maintenant, les visiteurs internationaux viennent plus fréquemment, après ils regardent le fabrique des nattes, ils voudraient regarder la maison, découvrir la vie quotidienne comme la nourriture des animaux domestiques. Ils prennent des photos et achètent des nattes. Mon mari travaille pour la coopérative du tourisme écologique. Depuis sa création, il est moins pénible, Il ne doit pas se lever tôt et rentrer chez lui tard.” – selon elle.

Quai écologique pour le sauvegarde du village

Duong Phu Thu, un habitant a précisé qu’en 2009, à l’heure du glissement, sa famille a déjà eu l’intention de partir pour un nouveau village. Mais quand il sait que quelques personnes cherchent des terrains à louer, il a changé son idée. En effet, après ce projet est mis-en-oeuvre, de bonnes nouvelles arrivent. La personne qui contribute largement dans le développement de Triem Tay est Bui Kien Quoc, francais architecte (72 ans) qui habite à Hoi An maintenant.

Faisant le promenade sous l’ombre des arbres, Bui Kien Quoc a partagé que depuis son premier pas dans ce village, il est attiré par les beaux paysages mais intacts séparé de Hoi An par une rivière. C’est pouquoi, il a décidé de mettre en place un projet touristique. Selon lui, “La grande difficulté est de mettre fin au glissement du terrain sans exercer aucun impact sur les paysages et les alentours”

Avant le démarrage de ce projet, M. Quoc a demandé l’avis des habitants du village. Mais ces derniers ont qualifié son projet d’irréalisable. D’après eux, voire le bamboo qui est si résistible ne peut pas bloquer le courant d’eau pendant les saisons des pluies. Pourtant, grâce aux journées communiquant avec les passeurs, il est informé de quelques arbres et herbes qui peuvent bien s’adapter aux inondations, ce qui lui inspire un projet de quai écologique. Un quai de 3 couches voit le jour.

La première couche est consacrée aux roseaux, un plant des sols humides. Eriocaulon cinereum avec leur fort ancre sont plantés dans la deuxième couche. La dernière couche est pour le vetiver qui est excellent dans la lute contre l’érosion et donne beaucoup d’espaces verts.

Jusqu’à maintenant, ce quai écologique relève quatre défis. “Depuis la construction du quai écologique, le gouvernement ne doit pas donner des investissements dans la lutte contre l’érosion et le glissement du terrain. Les habitants de Triem Tay non seulement ne perdent pas leur sol mais aussi améliorent leur vie et ont un stable emploi” – M. Quoc a affirmé.

Fin de l’émigration

Duong Van Ca, vice-président de la Comité populaire de la commune de Dien Phuong a affirmé qu’il n’a pas déjà pensé d’un changement de Triem Tay. Mais maintenant au lieu de Hoi An, les gens s’orientent vers Triem Tay pour gagner leur vie parce que ce terrain présente des potentialités touristiques le plus dans la commune.